spotify
qobuz
deezer
youtube
soundcloud
facebook

  • Français
  • English
spotify
qobuz
deezer
youtube
soundcloud
facebook

[responsive-menu RM="responsive-fr"]
Accroche NoteJeunes compositeurs du Grand Est 2020

Jeunes compositeurs du Grand Est 2020

Jeunes Compositeurs du Grand Est 2020


 

LE PROGRAMME

Jiwon Seo Eon 3m, oq pour voix et électronique
Damian Gorandi Trio pour clarinette, violoncelle, piano avec électronique
Jérémy Marchal Ascendo pour clarinette, violoncelle et piano
Rodolphe Alma Sections pour voix, clarinette, violoncelle et piano
Mario Parutto Suite pour clarinette basse, violoncelle, piano, électronique
Arturo Sevilla Cayetano pour voix, clarinette, violoncelle, électronique

Accroche Note : Françoise Kubler (soprano) / Armand Angster (clarinette) / Christophe Beau (violoncelle) / Wilhem Latchoumia (piano)

LES COMPOSITEURS



Jiwon Seo

Biographie

Jiwon Seo est originaire de Corée du Sud et vit actuellement à Berne et Strasbourg. Jiwon commence à jouer du violon et du piano à l’âge de 3 ans puis à partir de l’âge de 14 ans, étudie l’harmonie, la formation musicale, l’écriture musicale, et fait du Geomungo (cordes pincées), du Pipa et du Jang-gu (percussion) au lycée national des arts traditionnels à Séoul. En 2015, Jiwon obtient le 1er prix d’Or, décerné au concours de musique traditionnelle coréenne Dong-A, par le journal Dong-A Ilbo. Jiwon Seo achève ses études à l’Université nationale des arts de Corée (KNUA), et obtient un Bachelor d’Arts en Composition de musique coréenne dans la classe de June-hee LIM en 2016. Après son arrivée en France, Jiwon Seo obtient son DEM de Composition Instrumentale et électroacoustique au Conservatoire à rayonnement régional de Strasbourg et y suit l’enseignement de Annette Schlünz, de Daniel d’Adamo et de Tom Mays depuis 2018. En 2020, Jiwon poursuit son cursus de Master de Composition Musique – Pratique Créative dans la classe de Xavier Dayer, Simon Steen-Andersen à la Haute école des Arts de Berne (HKB) en Suisse. Durant son parcours, Jiwon a suivi des cours et masterclasses avec Bernard de Crepy, Jean-Luc Hervé, Yan Maresz, Thierry Blondeau, Marco Marini et Jonathan Prager, Unsuk Chin, Pierluigi Billone, Yuri Kasparov, Dmitri Kourliandski, Raphaël Cendo, et suivra également des cours de Carola Bauckholt et Matthew Shlomowitz.
Ses pièces ont été jouées dans de nombreux festivals internationaux importants de musique nouvelle en Europe : au Fest-M en 2018 (Séoul, Corée du Sud), dans les conservatoires de Boulogne-Billancourt, de Pantin, de Strasbourg, au Festival Agora en 2018 (Adelboden, Suisse) par Marie-Andrée Joerger, à la Journée de la jeune création en 2019 (Strasbourg) par l’ensemble LoveMusic, au VIIème Festival international de musique nouvelle de Saint-Pétersbourg en 2020 (Russie) par Remix Sound Personality, au Festival Musica à Strasbourg (France). Ses pièces seront notamment jouées prochainement lors du Contemporary Insights à Leipzig (Allemagne) en 2021.

Sa pièce : Eon 3m, oq

Le titre « Eon 3m, oq » provient de l’inversion par le procédé du miroir du « Poème n°3 » de Yi Sang (1910-1937), poète et romancier coréen. Devenu aujourd’hui une sorte de mythe, il est le poète qui a su, par l’écriture, saisir et retravailler son double destin : la tuberculose et l’existence sous un régime fasciste. La critique a pris pour habitude de l’appeler le Rimbaud coréen parce qu’il fut à la fois très novateur au niveau du langage et de ses thèmes littéraires.




Damian Gorandi

Biographie


Né en 1991, Damián Gorandi est un compositeur Argentin qui a étudié la composition à la Haute école des arts du Rhin de Strasbourg. Il poursuit ensuite en Master au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris en même temps qu’un cursus à l’Ircam Il a remporté de nombreux prix internationaux, dont certains comme le Ina-GRM – Concours Banc d’Essai, le 1er Prix Russolo, – 1er Prix Internationale Sommerakademie Universität für Musik und darstellende Kunst Wien 2018. Il a participé par ailleurs à plusieurs concours internationaux (Fundation Destellos ou le Concours international de musique électronique Iannis Xenakis) et a travaillé avec des ensembles instrumentaux de renommée internationales (L’Ensemble contemporaine de Moscou, l’Ensemble Intercontemporaine, Accroche note, ou le quatuor Untref).

Sa pièce : Trio

Trio est une œuvre basée sur les processus de changements de vitesse au sein d’une même morphologie. J’ai conçu une figure principale qui porte en son essence les changements dynamiques d’accélération et de décélération comme la reprise ou le gel de l’énergie.

Tout au long de l’œuvre, cette figure est abordée à des vitesses différentes et c’est là, dans les nouvelles temporalités où se manifestent des comportements particuliers de la matière sonore. Ces nouveaux matériaux sonores qui émergent, se développent et se plient, fonctionnant comme des constellations – satellites de la figure principale, mais pas dans un processus linéaire. En d’autres termes, l’œuvre est un réseau de relations complexes entre vitesse-énergie-matière.




Jérémy Marchal

Biographie

Né en 1999 à Remiremont, il y découvre la musique par la trompette et le bugle, notamment dans le cadre de la pratique collective (brass band, orchestres d’harmonie…). A 14 ans, le choc provoqué par sa découverte des œuvres de Penderecki, Ligeti et Ferneyhough oriente son goût vers la musique contemporaine et l’expérimentation. Sa passion tardive pour l’orgue et les claviers anciens aura également un impact décisif.

Il suit actuellement un cursus de composition et de claviériste complet (orgue, clavecin, basse continue, accompagnement au piano et improvisation) aux conservatoires de Metz et de Nancy, auprès notamment de Filippo Zapponi, Vincent Bernhardt et David Cassan, et approfondit ces intérêts lors de masterclasses et de stages avec notamment Clara Iannotta, Mikhail Malt, Benoît Mernier, Vincent Dubois…

Sa pièce : Ascendo

Avec le recul, je considère ​Ascendo comme une tentative de répondre à plusieurs préoccupations extra-musicales qui, de manière assez paradoxale, se sont rappelées à moi en me confrontant à deux pièces du répertoire d’orgue, à savoir la première “Pièce en trio” du ​Livre d’orgue ​de Messiaen, et ​Ascendo ad patrem meum ​d’Arnolt Schlick (dans ses deux réalisations : un​bicinium,​ et une monumentale construction à 10 voix). Le lien avec ces pièces est cependant plus conceptuel que musical : de la première, j’ai conservé la citation de Saint Paul aux Corinthiens : “Maintenant, nous voyons dans un miroir, d’une manière obscure…” (1ère Épître, XIII, 12), qui nous ramène aux limites de nos connaissances devant le mystère du monde, et de la création en particulier ; de la seconde, l’idée de transcendance associée à l’Ascension (qui est un passage de l’humain au divin). Musicalement, j’ai tenté d’exprimer ces préoccupations par le recours à une dialectique entre forme et informe, l’opposition entre des fragments décontextualisés et des matériaux se transformant progressivement, s’enrichissant ainsi sémantiquement. L’œuvre n’apporte pas de réponse, et on peut se demander si elle prône une écoute se transcendant en passant du son au sens, ou une transcendance par l’expérience esthétique d’un mystère sonore…




Rodolphe Alma

Biographie

Rodolphe Alma débute ses études musicales au conservatoire de Montpellier en 1992 où il étudie tout d’abord le violon, puis l’analyse, l’histoire de la musique, l’écriture et la composition dans la classe de Christophe de Coudenhove. Parallèlement à cela, ses études l’ont amené à s’interroger sur la notion d’espace en musique contemporaine ainsi qu’aux enjeux de la création musicale contemporaine sans qu’il ne puisse renier son intérêt pour d’autres disciplines (droit, gestion, finance). Après une pause musicale de quelques années, il intègre en 2013 la classe de Filippo Zapponi à Metz en composition et en orchestration. Parmi ses réalisations musicales récentes se trouvent par exemple Quartett (2015), Flavech’ (2016) et Klar in Sky (2016), création pour laquelle il a obtenu le Prix du mérite au concours « TIM (Tournoi International de musique) 2016 », ainsi que le Prix du public au concours d’interprétation « Passion de la musique contemporaine Rotary Grand Est 2016 ».

Sa pièce : Sections

La pièce Sections composée pour l’ensemble Accroche Note est constituée de 4 miniatures indépendantes dont le matériau musical de chacune dérive des évolutions de la précédente. Chacune est basée sur un haïku, petit poème japonais particulièrement court, qui vient insuffler le caractère de la miniature et instaure un dialogue entre le texte et la musique. Ici l’automne se veut empreint de mystère, le printemps enjoué est basé sur un ostinato rythmique d’où émerge la vie. Tantôt les pensées plongent vers l’abîme, le temps semble alors suspendu, ou se parent de couleurs que l’on retrouve dans des petites inflexions de notes brèves qui viennent colorer les formants mélodiques. Et quand les cloches tourbillonnent les sonorités se font plus riches, plus inharmoniques avec des halos de résonance lointains.




Mario Parutto

Biographie


Entré tardivement dans le monde de la musique, Mario débute ses études par le tuba et les percussions au CRD d’Épinal avant d’intégrer le CRR de Nancy ainsi que l’Université de Lorraine. Licencié de musicologie, ses études se poursuivent aux CRR de Strasbourg puis de Reims. Parallèlement, il enseigne le tuba, la formation musicale et la création musicale au CRI de Bar le Duc, où il intègre les nouvelles technologies dans sa pédagogie. Les rencontres effectuées dans le cadre de sa formation et de son enseignement développent chez Mario son engouement pour la création et l’organologie, auxquelles il est attaché depuis sa découverte du monde artistique. Curieux de nature et désireux de comprendre les instruments pour lesquels il écrit, Mario ne se refuse jamais à les essayer, sans pour autant oublier ses instruments de cœur que sont le tuba et le serpent, auxquels il adjoint volontiers l’électronique.

Sa pièce : Suite

Cette pièce puise sa structure globale, mais également ses structures mélodiques et rythmiques, dans la suite de Fibonacci et le triangle de Pascal. L’électronique n’est pas en reste, les algorithmes de traitements sonores et de placement dans l’espace suivants cette même logique. L’enchainement des différentes parties de la pièce est librement inspiré des suites de danses baroques.




Arturo Sevilla

Biographie

Né en 1995 à Guayaquil-Équateur, Arturo début la musique à l’âge de 7 ans au conservatoire “Antonio Neumane” où il obtient son diplôme de violon en 2012. Il a commencé la composition et la direction d’orchestre à l’âge de 15 ans. Il a ensuite dirigé et créé de nombreuses œuvres pour plusieurs orchestres et assemblées de la ville. Il était chef de l’orchestre de chambre du Colegio República de Francia de 2013 à 2017, l’année au cours de laquelle il part en France pour continuer ses études. Ses œuvres ont été présentées en Equateur, au Chili, en Allemagne, aux USA, au Mexique, au Venezuela et en France. Actuellement il travaille sur une pièce électronique commandée par Césaré qui sera jouée en décembre de cette année à Charleville-Mézières. Il poursuit ses études de composition avec André Serre-Milan au CRR de Reims, et la direction d’orchestre avec Theodor Guschlbauer et Miguel Etchegoncelay au Conservatoire de Strasbourg.

Sa pièce : Cayetano

Écrite pour l’ensemble Accroche Note, cette pièce est inspirée et basée sur le texte homonyme écrit par Agni Castro Pita dans «Relatos en Claroscuro». Cayetano était un des milliers de Salvadoriens réfugiés en Honduras pendant la guerre civile de 1979 à 1992. À manière de portrait on découvrira ce personnage à travers différents filtres (Humain, Nature, Abstrait…), et sa relation entre eux. Ce sont ces filtres qui font la structure de la pièce. Après avoir passé sur ces différents visages du personnage, on arrive à une dernière section où sous la forme d’une « Symbiose », où tous les filtres et ces éléments se mélangent pour faire naître Cayetano.

 

 

 

 

TELECHARGEMENT

> Le projet
> Article DNA

Accroche Note - 6, rue des Cordonniers - F- 67000 Strasbourg